cropped-jerrican-nachos-and-the-rookies.png
DATE : 23 août 2017
HEURE : 18 h 00 min
ADRESSE : Rennes
LIEU : Des bars
Tournée bretonne jour 3 : Rennes [passé] 23 août 2017

Par Jerrican Nachos

En fait, si on faisait cette tournée, ce n’était pas juste pour le fun et le plaisir. On avait rendez-vous avec une coopérative administrative à Rennes un matin, une structure nous permettant de nous embaucher si on a des contrats à éditer pour nous éviter d’avoir à mettre en place tout un bordel. Mais comme ça nous semblait beaucoup d’efforts de déplacement pour un seul rendez-vous, on a transformé ça en tournée de cinq dates. Et pour vraiment maximiser le trajet, on a aussi repris contact avec un gars motivé à nous enregistrer avec ses élèves sur Rennes, avec qui on a pris le café avant l’autre rdv. Il n’était même pas midi que notre journée avait été des plus efficaces, et ça ne faisait que commencer.

L’idée était de se trouver, ce jour encore, des endroits pour jouer. On avait une taupe sur place qui nous avait cherché en amont des bars motivés, et on avait contacté trois assos différentes pour savoir si ça leur disait d’organiser un truc au pied levé. Ni l’un ni l’autre n’ayant mordu à l’hameçon, on est partis au charbon, on a toqué à tout plein de bars du centre-ville et on est ressortis avec quatre troquets prêt à nous accueillir pour des petits sets. En somme, une mini-tournée dans Rennes au milieu d’une petite tournée bretonne, marrant.

Le premier set, on l’a fait au Vieux Saint Etienne, un tour de chauffe de 4 chansons pour la terrasse. Le lieu était chouette, plein de tables posées dans un petit parc avec des arbres et un public qui, s’il ne s’attendait pas à un concert de rock, a été plutôt attentif compte tenu de la situation. Ce qui m’a le plus plu de ce concert c’est une blague : le parc avait deux entrées en escalier, on s’est postés à une, j’ai fait une intro genre « bonjour, on est en tournée bretonne impromptue » et on a joué deux morceaux. On a salué, on s’est cassés avec les instruments, fait le tour, on s’est postés à l’autre entrée et rebelote, même intro, deux chansons et on remballe, énorme marrade, de l’humour de qualité salué par l’audience.

On a ensuite filé rue de la Soif à l’Aeternam. On était un peu déboussolés par ce set parce que pour le coup c’était vraiment de la rue, chose qu’on n’avait jamais vraiment expérimenté. On n’a pas réellement joué dans le bar, ils ont juste coupé leur zik et on s’est foutus devant. D’ailleurs, on nous a dit que personne ne fait ça comme on l’a fait : soit les musiciens font la manche, soit ça jamme dans un coin, mais un « vrai » concert en plein milieu de la rue jamais. Étonnant, on n’imagine jamais faire des choses inédites. Mine de rien, ça a plu à pas mal de monde, entre autre aux gens posés aux terrasses d’à côté qui nous en redemandaient, qui nous payaient des verres. Faut dire que l’acoustique de la rue était surprenament chouette : les hauts immeubles et l’étroitesse de la voie faisait que les instruments résonnaient super bien et que les spectateurs pouvaient tout bien entendre. Le moment le plus cool c’est quand un type s’est ramené avec sa clarinette basse et nous a accompagné sur deux morceaux. Autant on dit souvent qu’on s’en sort très bien sans bassiste, autant dans cette configuration ça fait réfléchir…

On a ensuite filé au Gasoline, vers 21h, et le gars nous a demandé de ne pas jouer finalement. Il était OK à la base mais pensait qu’on viendrait plutôt vers l’apéro, là il avait peur que les voisins se plaignent. C’est bête, il nous avait dit que c’était bon jusqu’à 22h donc on s’était organisés en fonction de ça, mais tant pis, on a un peu insisté mais pas plus que ça, on n’allait pas passer pour des gros lourds. On s’est posés en terrasse du bar et tout notre énergie est retombée d’un coup. Rose avait monté sa batterie, on était prêt à continuer à tout éclater, mais de devoir s’arrêter comme ça nous a coupé les pattes. On devait faire un dernier set au Ty Anna en inter-plateau de Plex, un gars qui jouait des reprises avec sa guitare mais on a tout lâché, trop crevé. On a déposé les instruments à la voiture et on est quand même passés voir ce qu’il faisait ; on est retombés sur le gars à la clarinette-basse qui jammait avec lui. On a passé la fin de soirée posé sur cette terrasse et on est rentrés avant les derniers métro, on avait encore du boulot le lendemain.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservésSite réalisé par Yann Jarno