cropped-jerrican-nachos-and-the-rookies.png
DATE : 25 juin 2016
HEURE : 1 h 30 min
LIEU : Genre de Parc communal de Collorec
Soirée à Collorec [PASSÉ] 25 juin 2016

JNR live @ Collorec

Où : Genre de parc communal de Collorec, près de Spezet

Quand : Dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 juin 2016

Par Youn Rookie

J’aime bien jouer dans JNR pour ce genre de plan.

C’était une fête privée, organisée par des potes. Ils font ça en gros une fois par an, sur un week end. Vous devez certainement connaître ce genre de soirée si vous aussi, vous avez des potes qui se sont dispersés avec le temps, c’est chiant à réunir, donc on fait un gros raout une fois dans l’année, peut-être deux. Souvent c’est sur des dates pré-existantes, genre Noël ou le Nouvel-an, mais là, eux, non. Ils font ça quand ils veulent. En l’occurrence, là, c’était pour la Tantad, une variante de la St Jean, j’imagine, à moins que ce ne soit la St Jean elle-même qui fût une variante de la Tantad. Enfin bref. Donc, ce week end du 24-25, participant du mouvement qui sembla réunir toute l’humanité dans un grand élan de « VITE ORGANISONS UNE ÉNORME SOIRÉE CE WEEK END ET INVITONS TOUS LE MONDE BLWABLWABLWA », nous fûmes invités à jouer le vendredi soir au milieu de tout les copains que le monde pu nous fournir. On a dit oui alors qu’on savait pertinemment qu’on jouerait déjà ce soir là à Brest, au Rock Circus. Ce concert fait d’ailleurs l’objet d’un article à part entière, ICI. On avait simplement pensé « ha ouais, on finira le set au Rock Circus vers 23h, et le temps de conduire jusque dans le trou du cul du monde, il sera aux alentours de minuit. » Naïfs que nous étions.

Ah, et, pour compléter le tableau : la tribu Meuriad dansait avec nous cette nuit là, dans la soirée paumé. La tribu Meuriad étant déjà apparue dans un article ou deux, je crois, par sa meneuse que nous nommons en ces lignes Lul Rookie. (Spoiler alert : Lul Rookie et les Meuriad referont surface dans un autre article…)

Et nous voilà à minuit, le vendredi soir en question, à causer à droite à gauche, en pliant bagages, sur la terrasse du Rock Circus, à Brest. Donc pas du tout en train de rouler à fond vers le gig suivant, quoi. En fait, on y est arrivé vers 1h30 du matin.

Arrivé sur place, on a salué le gang -une bonne quarantaine de personnes- et les Meuriads sont arrivés à ce moment là. Je saluais du monde et, sans trop savoir comment, j’ai finis sur scène -il y avait une petite scène faite d’un empilement solide de palettes avec quelques amplis, une gratte, une basse, une batterie et un micro posé sur le pied de micro le plus arraché que j’ai vu de ma vie- à jouer avec deux types, dont le succulent Lord Amiral Cageot à la guitare.

Les Meuriads ont balancé un set de danse tribale vraiment rafraichissant, et je voudrais prendre quelques lignes pour souligner un truc : quand vous organisez une soirée avec du monde dedans, tablez sur les capacité créatives de vos invités. Je veux dire, les soirées, c’est cool. C’est fondamentalement chouette, quand c’est fait dans la bonne humeur et avec suffisamment de bières. Mais franchement, la différence que créent des propositions live et faites à la main par vos potes comparées à juste des morceaux enchainés avec deux trois enceintes, c’est le jour et la nuit. Le feu que le trio Meuriad a allumé avec un set de danse orientalo-américaine était d’autant plus génial que pour la grande majorité, aucune personne présente à cette soirée ne savait ce qu’ils foutaient. Des trucs comme celui-là, où tout le monde découvre une proposition artistique en live, sans enjeux, sans pression, et bin ça me touche.

Merci à Vincent et Alann, qui ont pensé à nous faire venir et qui se sont retrouvé avec deux spectacles pour le prix d’un.

Ha, tant que j’y suis, avant que tout ça ne se passe, un autre groupe jouait, avec une pote, Nikita, au chant. On les a raté, et c’est dommage, mais la soirée avait une sacrée prog!

Et donc on a joué notre set après les danseurs. Dans notre élément naturel, on a naturellement passé plus de temps à jouer en passant de table en table que posé par terre. On était en acoustique pure, sans micro, sans retours, sans aucun câblage ni amplification, ce qui nous laissait gambader à notre bon vouloir entre, autour, sur et à travers les tables, invités, bancs et chaises. On parle ici plus d’un spectacle visuel que sonore, au fond. Les guitares s’entendaient pour qui était vraiment près, Jerrican a une voix qui porte un peu plus, mais le vrai intérêt était, à mon sens, de proposer un truc hyper divertissant en poussant la farce dans le visuel, vu que l’audio était vite limitée.

On a du finir vers 03h du mat’, puis on s’est jeté sur la nourriture/boisson. On avait encore faim de puis notre succulent succulent repas au Rock Circus (qui est décrit ICI).

La soirée s’est éternisée en nuit blanche, Jerrican a mit les voiles assez vite, mais je suis resté regarder le soleil se lever sur Corollec et c’était beau.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservésSite réalisé par Yann Jarno