13466474_546639855508908_1358326105638245883_n
DATE : 24 juin 2016
HEURE : 20 h 00 min
ADRESSE : 152 Rue Jean Jaurès, 29200 Brest
LIEU : Bar le Rock Circus
Rock Circus [PASSÉ] 24 juin 2016

Où : bar le Rock Circus, 152 Rue Jean Jaurès, 29200 Brest

Quand : le vendredi 24 juin

Par Youn Rookie

On avait eu un coup de bol, je crois, de jouer là. J’avais dû entendre je sais plus qui, soit le barman lui-même, soit une nana de l’asso, mentionner qu’on était leur dernier joker avant de vraiment plus savoir qui faire jouer ce soir là. Le dernier rempart avant une soirée en DJ set intégral. Splendide, c’est exactement la position que j’aimais bien que JNR aie dans la tête des gens autour de nous. Ce genre de truc qui nous collait depuis les inter-scènes du Vauban, une façon de situer le groupe dans une place bien précise de la multitude de combos qui gravitaient dans le coin. Un autre type dans la soirée avait dit à Jerry que « notre réputation nous précédait ». Je sais pas si ce sont ces mots-là qu’il a employé, mais en tout cas c’était un signe, ce genre de phrase.

Enfin bon, on jouait au Rock Circus, donc. J’étais passé une fois ou deux dans ce rade, plutôt cool. Un peu le genre de bar clairement affilié à la culture Rock/Metal, avec tout les codes du truc. Tête de mort, bouteilles de Jack, affiches partout, etc etc. Le truc que j’aimais particulièrement avec ce bar, c’est leurs peintures. Pendant un long moment, cet endroit s’appelait «Le Spencer » et il y avait un immense portrait de Charlie Chaplin sur le mur extérieur. Ça foutait une ambiance géniale, graphiquement parlant. À l’époque, j’y allais pas, mais depuis qu’il était devenu le Rock Circus, j’y avais pointé mon nez pour voir, et franchement, appelez moi amateur de peintoche, mais j’avais adoré toutes les fresques sur les portes vitrées, à chaque occasion ils en changent. Halloween, Noël, un concert par-ci, une soirée spéciale par là, il y avait toujours des compos à base de crânes et de crocs, de sang et de beautés dans le genre.

Donc on s’est pointé là dedans je sais plus vers quelle heure. La vitre donnant sur la terrasse était couverte par une couche de peinture qui s’épaississait au fur et à mesure qu’un duo de mecs y ajoutaient des petites touches de gouache. L’ensemble figurait une grosse boule rouge, je crois, avec un ombrage évoquant un crâne.

Ah ouais, on jouait là pour le lancement de l’asso « Ultranova », dont le barman est, heu, enfin il est dedans, quoi. Ils faisaient une « split-party » entre eux et le Cube à Ressort, où on avait joué quelques temps avant, aussi (lien vers l’article qui raconte ça). Il nous incombait la charge de rendre la 1ère partie ( 20h-00h) la plus cool possible.

C’est exactement ce qu’on a fait.

13483110_547474545425439_6057812513620979997_o

On a joué à deux, Jerry et moi, un set d’une dizaine de chansons, en acoustique amplifié, devant un bar pas aussi plein que sa terrasse, ce qui nous a permis de gigoter pendant le set. C’est très agréable.

Evidement, on n’a pas joué entre 20h et minuit non-stop, on a du faire un set entre 21h30 et 22h30, j’imagine. À la fin de nous, le DJ a mit des vinyls et c’était très bien.

Oh et je n’ai pas encore parlé des pizzas.

Avant de jouer, on a touché du doigt un bout du rêve qui nous tient debout, un petit bout de ce rêve tout graisseux et accompagné de sauce pimenté. On a été nourrit au régime pizza-bière. En tant qu’artistes invités. Dans un bar. Pour moi, c’était comme ma première recherche d’annonce de vente de guitare d’occasion, comme mon premier rappel de la banque pour découvert non-autorisé, comme ma première corde de guitare pétée. Comme toutes ces petites choses qui font que le quotidien de la vie d’artiste attire toujours autant de paumés dans notre genre. Tout un morceau du rêve qui m’a fait me lever ce matin là (c’était le midi, en fait) a trouvé une façon d’entrer dans la réalité à ce moment. Merci le Rock Circus.

Merci la Vie.

Bon concert, en somme. On a pu mettre notre backdrop en dessous de celui posé par les types d’Ultranova, c’était marrant. Il y a eu ces quelques instants gênants où nous, le technicien son et un autre mec essayions, tout en restant très flegmatiques et détendus, de trouver comment faire pour faire tenir chacun son backdrop convenablement sans cacher celui de l’autre. Le son était impec’, on avait des retours sans même les avoir demandés, bref, le pied.

Après ça, on a causé avec du monde en rangeant notre matos, puis on est rentré chez nous peinard, se mater un petit épisode de Games of Thrones et au dodo.

Sauf que non.

On a fait une heure de route et on a été se taper un second concert acoustique au fond du Kreiz Breizh, dans une autre soirée.

Mais c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservésSite réalisé par Yann Jarno