14218241_10210267915955590_1977522248_n
DATE : 9 septembre 2016
HEURE : 20 h 30 min
ADRESSE : Le P'tit Minou
LIEU : Le P'tit Minou
Le P’tit Minou [passé] 9 septembre 2016

Où : bar Le P’tit Minou, 465 Rue Jurien de la Gravière, 29200 Brest

Quand : le 09 septembre

Par Youn Rookie

On a un truc avec ce bar depuis qu’il a été créé : il a ouvert le 19 avril 2016 en lieu et place d’une succession d’estaminets qui ont tous tenté de prendre le poste de « rade cool où il se passe des trucs ». Il est situé sur le porte de commerce de Brest, mais pas dans la zone la plus fréquentée : il faut tirer le public assez loin du parc à chaîne où trônent le Tara Inn et le Mac Guigann’s. Quand Jerry, Rose et moi avons entendu parler de ce nouveau bar, on a évidemment levé le sourcil. Enfin moi, en tout cas. « Qu’est ce qui va ENCORE se pointer à là ? », les précédents bars ayant plutôt brillé par leur courtes durées de vies, j’étais intrigué et anxieux de voir un nouveau bar ouvrir et se fermer à cet endroit. Celui-ci semble tenir le coup, en fait. Jusqu’ici, il y a été programmé un concert ou deux chaque week-end, minimum. Bon rythme. Jerrican avant moi y a été établir ses quartiers et n’a pas été long avant de re-tapisser les toilettes de flyers du groupe. Plusieurs fois. Les barmans ont fini par céder : nous avons commencé à recevoir des propositions pour y jouer, et cette fois c’était la bonne : on ferait la première partie des Thomas Howard Memorial. Quand on parle de nom de groupe à rallonge…

Bon, je connaissais pas le travail des THM (appelons les comme ça, ça ira plu vite), hormis leur vidéo(s) shootée(s) au lac de Guerledan, lorsqu’il avait été vidé. Un rendu assez tripant, hyper graphique, des ruines qui émergent de la vase, des instruments sur des collines de boue séchée, des trucs vraiment engagés visuellement. Leur musique est bien faite, carrée, tout ça, bien lisible, mais j’ai pas accroché plus que ça, pas ma came, quoi. Mais peu importe, ces types seraient certainement des gens très chouettes avec qui passer du temps.

On était conviés à 18h pour manger. C’était marrant comme repas, un truc servit en plateau avec un couvercle transparent. Le frigo de la loge en était remplis, on s’est tous mis autour d’un longue enfilade de tables, et des copains de lycée de passage en ville sont venus nous rejoindre. Un d’eux vit Japon et était à Brest pour quelques jours et on riait en se disant qu’il était venu juste pour nous voir. Bon le repas était chouette sans être dingo, mais suffisamment fourni pour nous nourrir pour la soirée.

J’ai mis un moment à comprendre que le plat n’était pas uniquement constitué de viande, mais aussi de chips.

Jerry et Rose ont aussi installé le stand de merchandising. Jerry en parlait depuis un moment : il avait plusieurs blagues qu’il voulait mettre en place, par exemple, il voulait vendre « des CDs » sans rien dire de plus sur ces CDs, et si quelqu’un venait pour en acheter, il se retrouverait en face de vieilles compil’ de dance music des années 90. Des CDs, mais juste pas de nous, quoi. Rose avait aussi imprimé des photos de nous trois sur du papier bien chouette, un peu comme des cartes postales. On avait tous dédicacé et dessiné au dos, puis signé au recto (prix de vente : 5€). On pouvait également trouver à vendre : les jeux de cordes cassés (3€) et des médiators usés (prix libre).

On a commencé notre set vers 21h, devant un bar couvert d’une agréable couche de curieux.

On avait fait une setlist en crescendo, qui démarrait avec une reprise de « Silver Machine » où jouaient juste Jerry et Rose, puis des trucs calmes qui débouchaient sur une deuxième moitié plus nerveuse. Ça a très bien marché. On avait commencé par jouer près de notre stand merchandising, où notre backdrop affichait notre nom. Tiens, d’ailleurs, j’en profite pour dire que je ne vois pas assez de Backdrops dans les concerts où je vais. C’est triste, les backdrops sont des chouettes espaces d’expression où il se passe parfois des vrais petits moments de grâce. Donc on commençait près de notre stand et au bout de la première moitié, on s’est rendu compte que la majorité du public était planqué loin de nous. Le bar fait une forme de « L », en fait. On jouait au bout d’une des deux branches, alors on s’est déplacés vers l’angle central. Le public qui s’était caché en espérant passer une début de soirée peinarde a pu mieux apprécier notre concert.

Bon, je dis ça, mais vous imaginez bien qu’en vrai, on gambadait joyeusement entre les tables, sur les chaises, sur la scène déjà installée des THM, mais globalement on était plus d’un côté du bar que de l’autre, voilà.

Une fois notre set fini, je crois bien que le bassiste des THM nous a acheté une photo dédicacée. Trop cool. Je pensais vraiment pas que ça arriverait, mais si.

On a rangé notre matos et on est restés regarder le concert suivant. J’étais en sueur et content d’avoir joué dans ce bar, ENFIN.

Vivement qu’on revienne y jouer en électrique.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservésSite réalisé par Yann Jarno