sémaphore
DATE : 3 mars 2017
HEURE : 19 h 45 min
LIEU : Centre Culturel de L'Éclipse, Moëlan-sur-mer
Festival de la Parole Poétique [passé] 3 mars 2017

Quoi : fest Sémaphore (parole poétique)

Où : Moëlan sur Mer, à l’Ellipse

Quand : 03 mars 2017

Par Jerrican Nachos

« Moëlan ». (Youn Rookie, en introduction du concert)

Le truc qu’on s’était dit, c’est que c’est bien sympa de faire plein de concerts, d’enchaîner des dates, mais qu’à un moment ce serait bien de se poser et de bosser pour que ça tienne mieux la route, parce que les répétitions publiques c’est marrant un temps, mais on peut avoir envie de faire autre chose. Aussi, c’est cool de jouer un acoustique, mais on voulait toucher l’électrique, sauf que la transition ne se fait pas en trois jours. Alors on s’est trouvés une baraque, on a emménagé dedans, on a réservé une pièce pour pouvoir travailler, on a laissé passer quelques mois, et boum, nous voilà en mars avec une série de concerts pour se remettre en scène.

On cause ici du tout premier concert qui relance la machine, qui a eu lieu à Moëlan-sur-Mer dans le cadre du festival de la parole poétique (a.k.a. Sémaphore). On était tout fier de notre set électrique flambant neuf, mais notre réputation nous précédant c’est un live acoustique qu’on nous a acheté, dans une configuration un peu spécifique vu qu’on nous a demandé de jouer pendant un cocktail. Le challenge de cette prestation c’était de trouver l’équilibre juste entre un show assez tranquillax pour que les festivaliers puissent chiller autour des petits fours en papotant, mais pas insipide non plus pour que les gadjo qui avaient envie d’un spectacle en aient pour leur thune – et de toute façon, on est incapable de présenter un show insipide t’sais. On est trop doués pour ça.

sémaphore

#finistèresud #rock&roll #rnr

Y’a p’t’être un truc qui a fait tiquer les gens qui nous ont déjà vu en live. On jouait à un fest de poésie, mais on est un groupe de rock ; on est plus habitués à grimper sur des tables en ponçant nos cordes de grattes qu’à réciter des sonnets. Non pas que nous sommes des Philisitins peu ouverts aux belles lettres et, dans ce cas précis, à l’héritage des surréalistes, mais ce projet qu’est Jerrican Nachos & the Rookies n’y fait pas tant la part belle. Je ne remets pas en cause la qualité d’écriture de Youn, mais je ne crois pas m’avancer en disant que ce n’est pas ce que l’on met en avant prioritairement. Pour en revenir à Sémaphore, le twist est que la thématique de cette année précise tournait autour de Morrison (Jim, pas Van), alors ils se sont dit que quoi de plus approprié que de faire jouer un excellent groupe de rock pour le pot d’ouverture ?

Histoire d’être raccord avec le sujet et parce qu’on n’aime pas faire les choses à moitié, on s’est lancés dans une créa express en incluant des textes de Mr Mojo Risin’ dans un set à nous ; de mêler les œuvres de Morrison aux nôtres. Franchement, vu le peu de temps qu’on y a passé, le résultat était pas dégueu du tout : tites lectures, tites chansons, tites paroles de nos morceaux remplacées par celles de Jimmy, tit set d’une grosse demie-heure, on était carrément dans les clous et on a reçu les louanges du public et des orga, ça fait toujours plaiz’. Ces derniers veulent nous faire jouer l’année prochaine en première partie de Cantat, bon, on verra d’ici là ce qu’il en est.

Le vrai cool de notre spectacle, au-delà des lectures, c’est qu’on se dirige dès maintenant vers un travail de scéno poussé. On n’avait pas mille éléments (3 tapis, deux lampes, des assises, un renard empaillé…) mais ça suffit à créer d’un seul coup une atmosphère inédite et frappante, et c’est bien cool de jouer là-dedans. Après, pour cette date en particulier, c’était un peu space. Nous, on est restés sur la demande initiale, on s’est fait notre petit décor et on est restés sagement jouer à l’intérieur pour permettre au cocktail d’avoir lieu en toute sérénité. Sauf que trois choses ont rendu ça bizarre : la salle était bien grande, il n’y avait pas tant de monde que ça ce qui fait que ce n’était pas blindé et que le public se trouvait à 50 mètres de nous, et troisième chose, l’écoute du public était étonnamment beaucoup tournée vers nous. En vrai, je pensais qu’on allait avoir 2 ou 3 poètes qui allait nous écouter et que les autres profiteraient juste de l’ambiance sonore pour papoter, mais la majorité des gens nous écoutait.

Ça nous a foutu le cul entre deux chaises, d’autant qu’on est habitué à aller à fond vers le public, à lui jouer dans le nez. Mais on est restés droit dans notre spectacle, on s’est cantonnés à notre petit salon, et les spectateurs sont restés nous écouter de l’autre bout de la salle. L’avantage, comme il n’y avait pas trop la foule, c’est que nos morceaux résonnaient à donf et que tout le monde pouvait en profiter très bien. Et on a quand même eux du monde à se rapprocher, et même, joie ineffable, à danser devant nous. Et sérieux, faire danser des poètes avec un set rock’n’roll, c’était pas gagné d’avance.

Non, en vrai je suis piquant, mais c’était cool, les gens étaient très gentils et c’était pas un hasard s’ils avaient choisi le thème de Jim Morrison. La patte du fest c’est l’héritage des surréalistes, et les quelques shows qu’on a vu étaient bien barrés dans ce sens là, alors notre petit show de rock’n’roll pépouz de cocktailleux, ça n’allait pas les impressionner !

Nous, de notre côté, on est ressortis bien remontés et motivés à partir à l’abordage des scènes, et surtout à enfin pouvoir défendre notre set électrique, ce qui devait arriver bien vite…

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservés - Site Réalisé par Yann Jarno