fete musique hosto
DATE : 21 juin 2016
HEURE : 14 h 30 min
ADRESSE : Hôpital de Bohars
LIEU : Hôpital de Bohars
Fête de la musique – Hôpital de Bohars [PASSÉ] 21 juin 2016

Par Youn Rookie

À l’occasion de la fête de la musique, la Carène nous proposait d’intervenir dans le cadre des ses actions culturelles en jouant à l’HP de Bohars.

Ni une ni deux, on saute sur l’occasion et nous voilà rendu au self du personnel de l’hôpital, environ deux heures avant le set.

On a mangé au self de l’hosto. Ça faisait hyper longtemps que je n’avais pas mangé dans un self et ce repas commençait à avoir un certain goût de nostalgie douce-amère jusqu’à ce que Jerry qualifie mon dessert de « célèbre met traditionnel appelé «Trace de frein » » (C’était du fromage blanc avec une belle flaque de confiture à l’abricot au milieu) Après ça, le repas a eu un goût de trace de frein. Ou de marqueur, vu qu’à côté du dessert, notre callage de setlist se faisait à l’aide des marqueurs les plus odorants disponibles sur le marché.

Quelques propositions nous précédaient, les sets s’étalant entre 14h et 16h00 (j’en ai aucune idée, je dis ça pour situer, juste) et le temps qu’on décore quelques avions en papiers restant de ce fameux concert à la Fac, on était sur scène.

En parlant de concert à la Fac, c’est SEB, qui nous avait déjà drivé et bien aidé pour nos sets à l’UBO qui nous a sonorisé, cette fois encore. Merci à lui. Merci d’avoir su gérer la table de mixage récalcitrante qui ne sortait aucun son. À tel point que, pendant les balances, on a pu faire un genre de proto-concert « en attendant que Seb arrive à faire sortir un foutu son de ces foutues enceintes à travers cette foutue table » qui a tant duré que le public qui s’était formé devant nous pendant ce temps avait l’air convaincu de notre présence et commençait à trouver ça cool. Pendant qu’on nageait entre gêne et rire nerveux.

Donc voilà, on a joué devant un public assis, attentif, composé de médecins, d’aide-soignants et de patients, tous très contents de chopper la plus belle insolation de leur vie devant notre set.

À la fin, un type nous a demandé de signer un truc comme 17 avions en papier qu’il avait collectionné. Il les a tous gardé. Un grand fan d’aéronautique, j’imagine.

Jerrican : ça fait partie des concerts où j’ai le plus souffert d’être amplifié. On ne pouvait pas faire autrement, il y avait trop de monde, mais c’était très frustrant. J’ai passé mon concert à faire tomber mon micro, ou ma guitare, à me débrancher parce-que je voulais absolument jouer dans le public. Faut qu’on trouve une solution pour ça, ça devient ridicule. Et sinon, on a chanté « joyeux anniversaire » pour un gars, et ça c’était swaggé.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservésSite réalisé par Yann Jarno