jnrablablabla
DATE : 22 juillet 2017
HEURE : 20 h 15 min
LIEU : Bla bla bla fest
Blablabla Fest [Passé] 22 juillet 2017

Par Jerrican Nachos

Noces de coton pour le Blablablafest – que j’ai appelé tout du long le « Blablafest », honte sur moi ! – ça signifie qu’on a participé à la première édition, mais en fait pas vraiment parce qu’il y eu une année zéro, cette introduction me semble bien trop compliquée pour présenter une soirée entre potes. Retenons simplement que l’année prochaine ce sera l’édition de cuir, avec tout ce que ça implique de déco et de costumes, je me marre d’avance.

La déco parlons-en, c’était tout con mais ça marchait super bien : des boules de coton foutues partout qui donnait un feeling très vaporeux à l’ensemble, c’est assez rare comme scéno et pourtant très efficace. J’ai des doutes sur la catégorisation M1 de l’installation, mais n’est-ce pas le principe des soirées privées entre amis que de faire fi des règles de sécurité si pesantes habituellement ?

jnrablablabla

La seule photo que j’ai trouvé de nous. Je ne sais même pas de qui elle est.

Sécurité tout de même en ce qui concerne la préservation du matériel des artistes et de la bonne humeur générale car tout avait été rapatrié en espace couvert : le festival se voulait open-air, mais la dure réalité du climat plabennecois a obligé l’équipe à enclencher le terrible et redouté « plan-pluie » bien connu de l’ensemble des organisateurs d’événements bretons. Cela dit, ça fonctionnait très bien comme ça, on était abrités et heureux et les concerts ont pu se dérouler sans accroc ni stress démesuré lié à la perte de 150 000 dollars de matériel à cause d’une fine ondée.

Parce que la programmation était très chouette. On nous a appâté avec la présence de Valse Noot, Serpent, des Flatheads-mais-qui-ont-changé-de-formation-et-donc-de-nom-et-qui-s’appelle-maintenant-Fucking Name, qui ont tous joué ADMIRABLEMENT bien, et on a découvert (enfin) les Oaken Crow, et c’est pas mal du tout dis donc. Mais plutôt que de tout énumérer, je vais plutôt foutre l’affiche à la suite, tout était cool, à aller écouter ça vous-mêmes.

affiche blablabla

Par contre, aucun souvenir de notre concert à nous. J’ai juste une vague sensation de travail bien fait, ainsi que les gars de Serpent nous disant « Ouais, c’était cool, on s’est bien marrés ! », mais c’est tout. Peut-être qu’un des Rookies, en passant sur cet article, saura le compléter de ses souvenirs ?

Si la mémoire me fait défaut, c’est peut-être à cause de ma tente. Parce qu’on a fait du camping. Et donc on ne conduisait pas. Et alors on a bu. De l’alcool. Qu’on nous distribuait en quantité industrielle vu que c’était notre rémunération. Souvenez-vous, il y a de cela quelques articles, j’expliquais ne pas boire trop d’alcool mais quand même un peu de temps en temps. Ce « temps en temps », c’était le Blablablafest. Rien d’indécent cela dit, même si la farandole de shooters servis à heure donnée était démoniaque : imaginez, si l’on voulait goûter aux shooters, il fallait se plier au son de la cloche indiquant qu’ils étaient servis, donc en boire même si on n’avait pas prévu de le faire, de peur de manquer ! Terriblement efficace pour faire tenir la soirée jusqu’au bout des étoiles.

Terriblement efficace pour claquer Rookie Rose, qui tient pourtant très bien l’alcool, mais la décence me dicte de ne pas entrer plus dans les détails. Le devoir d’information m’a forcé à mentionner plus ou moins directement l’épisode.

En fait, que dire du Blablablafest ? C’était une fête très réussie entre amis, les burgers tout comme l’ambiance étaient excellents, tout le monde était gentil et ça a été un très bon moment. Difficile de vraiment faire un compte-rendu analytique de pourquoi c’était si bien, alors faites moi confiance et croisez les doigts pour être invités l’année prochaine.

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservés - Site Réalisé par Yann Jarno