0 (1)
DATE : 1 août 2015
HEURE : All day & all night
ADRESSE : Binic
BINIC FOLK BLUES [Passé] 1 août 2015

Par Jerrican Nachos

Dans cet article, nous allons non pas parler d’un mais de cinq concerts. Prix de groupe, ça se passe au Binic Folk Blues les 1er et 2 août 2015.

Alors que moi j’étais au festival dès le premier jour, Youn Rookie n’est arrivé que tard dans la nuit. Je commençais à m’inquiéter de ne pas le voir, il devait être 4h du mat’. En fait, il s’était juste perdu et quand il s’est enfin garé on était tellement soulagés qu’on s’est mis à jouer ensemble pour fêter ça. On a du répéter une heure, pas trop fort mais assez pour qu’on nous demande de fermer notre gueule de façon fort peu aimable. Sans doute une personne qui n’aime pas entendre les gens faire la fête (dommage, c’est le principe d’un festival). De toute façon, on avait terminé, heureux d’avoir joué mais surtout d’avoir emmerdé quelqu’un.

D’autant qu’il fallait qu’on répète parce-que le lendemain, à l’heure du petit déj’/apéro, on avait prévu de jouer sur le campement de Michel, de la Bergerie Rock. Le concert était bien cool, tranquille posés dans des fauteuils au soleil. Michel est tellement content qu’il nous demande de venir faire la même le lendemain, même heure, pour ses potes qui n’étaient là que le dimanche.

FB_IMG_1443978664737

Edit : cette photo s’est retrouvé sur le site du Binic 2019 pour illustrer la rubrique résa camping, eh oui.

Et donc, le lendemain rebelote. Avant ça on s’est échauffés en jouant un bon moment avec les Electric Bad Monkeys et des copines à la tente, c’était cool. Les EBM gèrent bien, bon esprit rock’n’roll. Et puis on est retournés chez Michel et ses potes. Vu que c’était au même endroit, la question qu’on s’est posés c’est : comment se réinventer ? Il n’y a pas grand intérêt à jouer deux fois le même set de façon identique. Fort de ce questionnement profond, Youn Rookie a grimpé sur le toit du van, depuis lequel on a fait le concert. Chance pour nous, on avait une vue magnifique sur le camping et la baie. Chance pour le public, ils avaient une vue magnifique sur nous. Il y avait une ambiance géniale sur ce concert, comme l’a dit Michel « C’était Woodstock ! ». Pas mal de monde s’est arrêté nous écouter et, quand on a voulu redescendre, on nous en a empêché, nous obligeant à rallonger le set d’une bonne demie heure. Après un final dantesque sur Sympathy for the Devil pendant lequel j’ai méthodiquement éclaté chacune de mes cordes, on a pu revenir sur la terre ferme et causer avec notre public.

La légende raconte que le toit du van est un peu concave maintenant.

Parmi ceux-ci, plusieurs personnes nous ont pris en photo, notamment un type du Binic Folk Blues. On discute avec lui, il nous explique qu’il a trouvé génial qu’on joue sur le van et que ça va aller direct sur le web. Aussi, il nous précise que lui s’occupe du merch près de la scène La Cloche, donc quand on est descendus vers le site on est allés lui faire coucou. Là, il nous dit que ce qui serait génial c’est qu’on joue carrément dans le centre-ville, genre dans une rue parallèle où on pourrait bien nous entendre. On s’est posés un peu pour y réfléchir avec Youn et on a décidé que, OK, ça valait le coup de retourner au camping chopper les grattes mais dans ce cas on ne satisfait pas de jouer dans une ruelle : on convient donc de jouer prêt de la scène La Cloche après la fin des concerts ; d’une certaine manière Les Sonic’s ont fait notre première partie.

Arrivée l’heure dite, on a tiré une table du merch, on s’est postés dessus et on a joué le plus fort possible. Faut comprendre, on jouait en acoustique et vu le vacarme de la foule on ne nous entendait pas à trois mètres si on ne forçait pas un peu. Pour autant, pas mal de monde s’est réunis autour de la table en tapant en rythme dessus, c’était tribal. Au bout de trois chansons, on avait cassé quasiment toutes nos cordes et on est redescendu. A peine cela fait, on se faisait embaucher pour jouer au festival de Kerlanic la semaine suivante.

La qualité d’image est dégueulasse mais l’ambiance excellente.

Après ça on a changé nos cordes et continué à jouer sur le rond-point en face du Chaland qui passe, puis on s’est fait déloger et on est partis jouer sur la plage. Enfin, épuisés, on est repartis dormir. Sur le chemin des douaniers, dans la nuit, un gars inconnu était assis. En nous voyant, il nous lance très distinctement et sans aucune erreur de prononciation : « Tiens, c’est les Jerrican Nachos & the Rookies ». Bordel, ça fait bizarre d’entendre pour la première fois un inconnu qui connaît le nom de ton groupe.

Fun fact : au Binic Folk Blues se trouvait également Rookie Rose, mais on ne se connaissait pas encore.

Jerrican Nachos & the Rookies ft. l’immensité du ciel bleu

Cette photo a été prise sur le toit du van, à la fin du concert, et a servi de cover pour l’album Curly Sunset. Si vous regardez bien, vous pouvez voir le coup de soleil ultime sur la nuque et la main de Youn Rookie

Laisser un commentaire

2019 Jerrican Nachos & the Rookies © Tous droits réservés - Site Réalisé par Yann Jarno